Bienvenue au Site de l'aménagement linguistique au Canada (SALIC). C'est avec plaisir que nous vous invitons à explorer chacune des sections de ce site afin de vous familiariser avec les multiples aspects qui concernent l'aménagement linguistique au Canada.

Ces sections portent d'abord sur la situation géopolitique du pays, qui permettra de comprendre ce qu'est le Canada en tant que réalité géographique, juridique, administrative et démographique. La deuxième section est consacrée à l'histoire linguistique du Canada, depuis les premières langues parlées par les populations autochtones, en passant par l'introduction du français et de l'anglais. Par la suite, les rivalités franco-britanniques préparèrent le statut des langues qui contribueront à la formation du Canada moderne. Progressivement, la démographie se modifia jusqu'à ce que le pays devienne majoritairement de langue anglaise, notamment après la Révolution américaine et l'arrivée des loyalistes, puis l'arrivée des centaines de milliers d'immigrants aux XIXe et XXe siècles. Enfin, l'introduction du bilinguisme officiel au Canada en 1969 et l'avènement de la Charte des droits et libertés en 1982 entraînèrent des progrès considérables en matière de protection des droits linguistiques et en matière d'égalité des deux langues officielles.

La troisième section décrit les langues en présence au pays, c'est-à-dire les deux langues officielles, le français et l'anglais, puis les langues autochtones et les autres langues non officielles (ou patrimoniales), alors que la quatrième section est consacrée aux législations linguistiques au Canada, un domaine où les Canadiens ont développé une grande expertise, car, outre les dispositions constitutionnelles de 1867 et de 1982, on compte dans tout le Canada pas moins d'une trentaine de lois linguistiques actuellement en vigueur, sans oublier un nombre plus important d'autres lois à incidence linguistique (plus de 250 lois). Quant à la cinquième section, elle présente les organismes et services linguistiques existant au Canada.

La sixième section porte sur des éléments de comparaison entre le modèle canadien et le bilinguisme d'autres pays. Nous pouvons voir en quoi le Canada se compare et se distingue, notamment en matière de droits individuels, de droits territoriaux et de droits collectifs. Enfin, la dernière section décrit les principaux organismes internationaux en matière de droits linguistiques.